mardi 11 novembre 2014

Treize semaines de menus d'automne - 4 : Un premier bilan


Au cœur du mois de novembre, alors que le temps est définitivement froid et humide, le moment est bien choisi pour un petit bilan.
Le panais, légume de cette semaine
Il est indubitablement positif. Je craignais de me sentir engoncée dans la programmation, mais il n'en est rien. Elle est finalement très souple et adaptables aux circonstances :
- climatiques : au début de l'automne, les soupes ont été remplacées facilement
- familiales : les soirées solo s'accommodent très bien des plats prévus, alors qu'elles impliquaient trop souvent auparavant de se rabattre sur des œufs ou du riz avec du jambon. 
- de temps : la bonne idée c'était vraiment de prévoir un type de plat pour chaque jour en tenant compte des contraintes. Les pâtes du mardi, le poisson du jeudi sont devenues un rituel facile à suivre même si les recettes prévues ne sont pas toujours suivies quant à elles.
- de lieu : je parviens de justesse à garder une part pour le déjeuner au travail. Si ce n'est pas le cas, j'ai une réserve de soupes en brique dans mon tiroir (pour le jeudi midi), ou je fais attention en allant acheter mon sandwich ou en déjeunant au restaurant de rester dans mon programme (un plat végétarien le vendredi midi par exemple).

J'ai plaisir à cuisiner, préparer, planifier ma semaine, à réutiliser facilement les restes pour un autre plat.

Je fais beaucoup plus de pâtisserie : au moins un gâteau le week-end, et un autre ou des biscuits le mercredi avec mon grand.

Mes menus accusent cependant un déficit de viande au profit des préparations à base de farine et de fromage, et j'ai ressenti cela comme une gêne. J'ai donc ajouté un service de viande (pâtes avec viande, soupe avec charcuterie).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire